Cinq bonnes raisons de dire OUI
au train de mesures en faveur des médias.

L’indépendance des médias et la diversité des opinions sont indispensables à notre démocratie directe. Les débats politiques et de société ont besoin d’informations diversifiées, crédibles, fondées et parfois aussi critiques pour que notre système démocratique puisse fonctionner. La Suisse, une démocratie directe à structure fédéraliste, a besoin – plus que tout autre pays – de médias forts et indépendants. En effet, ce sont eux qui permettent le débat d’idées et exercent le rôle de quatrième pouvoir critique. Les médias suisses sont le forum de la démocratie directe.

 

Le train de mesures en faveur des médias renforce l’indépendance des médias suisses. L’État et les médias demeurent séparés : les éditeurs ne sont soumis à aucune directive ni aucun mandat de prestation de la part de l’Etat. Tous les titres de presse sont soutenus de la même manière, qu’ils soient progressistes ou conservateurs. Il en va de même pour les publications de la presse associative et des fondations. L’aide à la presse a fait ses preuves depuis fort longtemps : c’est une tradition suisse depuis 1848.

 

Si vous voulez un journalisme indépendant, dites OUI au train de mesures en faveur des médias.

Le fédéralisme et la démocratie directe sont impensables sans un paysage médiatique qualitatif et diversifié dans les différentes régions linguistiques du pays. La Suisse vit du pluralisme, de la diversité culturelle et linguistique de ses différentes régions. Les médias régionaux donnent une plateforme et une voix à l’économie, aux PME, à la politique et à la vie associative locale, ainsi qu’au sport régional. Dans la mesure où la population est également appelée à voter aux niveaux cantonal et communal, une presse locale et régionale plurielle est indispensable. Sans elle, les processus démocratiques dans les communes et les cantons seraient notablement entravés.

 

Les médias régionaux subissent une pression considérable en raison de l’effondrement du marché publicitaire et le passage au numérique ne permet pas encore de gagner de l’argent dans les régions. Cela nécessite de nouveaux modèles commerciaux et des investissements que les entreprises peuvent difficilement réaliser seules. C’est là que le train de mesures en faveur des médias entre en jeu : l’aide est claire, limitée dans le temps et proportionnellement beaucoup plus forte pour les petites entreprises médiatiques, régionales et locales. Le train de mesures contribue à sécuriser l’offre journalistique dans les régions.

 

Si vous tenez à renforcer les médias régionaux, dites OUI au train de mesures en faveur des médias.

Le journal reste le média le plus utilisé en Suisse, devant la télévision, la radio et les médias en ligne. Une distribution des journaux et des magazines dans chaque localité suisse est extrêmement dispendieuse, les coûts de distribution de la Poste ont augmenté dans le passé et continueront d’augmenter à l’avenir également. Le train de mesures en faveur des médias réduit ces coûts et permet d’assurer ainsi la distribution quotidienne, matinale et dominicale des journaux et magazines dans toutes les boîtes aux lettres de Suisse. De nombreuses personnes dépendent des informations provenant de la presse écrite.

 

Le train de mesures en faveur des médias encourage également les programmes de radio et de télévision privés et soutient le travail journalistique des stations de radios locales et des chaînes de télévision régionales. Ceux-ci transmettent des informations complètes à leur public et diffusent 24 heures sur 24 des actualités et du contexte sur les principaux événements de leur zone d’émission. De ce fait, les radios locales et les télévisions régionales privées assurent un service public indispensable dans leurs régions respectives.

 

Le train de mesures en faveur des médias renforce l’offre d’informations dans les régions via les journaux, les médias en ligne, la radio et la télévision. Cela permet à toute la population de conserver un accès à un journalisme de qualité.

 

Si vous souhaitez recevoir des informations de votre région, dites OUI au train de mesures en faveur des médias.

La transformation numérique a bouleversé le modèle commercial des médias suisses. Le marché et la consommation des médias connaissent une métamorphose sans précédent : en seulement dix ans, les recettes publicitaires de la presse écrite ont été amputées de deux tiers. Conséquence : moins d’argent est disponible pour le journalisme, en particulier dans les régions.

 

À mesure que les recettes diminuent, des investissements importants sont à réaliser pour construire des modèles commerciaux numériques. Même si la presse écrite est toujours très lue, la tendance va clairement vers la consommation de médias en ligne et les éditeurs proposent aujourd’hui déjà une offre journalistique en ligne complète. Sur les canaux numériques, il est cependant encore difficile d’établir des modèles commerciaux durables pour les contenus journalistiques, surtout sur le marché local et régional.

 

La fonction démocratique des médias est gravement menacée. Des efforts supplémentaires sont nécessaires dans les années à venir, afin que les médias puissent assurer leur mission d’information. Le train de mesures en faveur des médias permet par le biais d’un investissement relais, à l’image des aides à l’exportation ou aux start-ups, le développement des médias pour les sept années à venir.

 

Si vous voulez investir dans l’avenir des médias, dites OUI au train de mesures en faveur des médias.

Les médias indépendants sont l’épine dorsale de notre démocratie directe. Sans journalisme différencié et critique, il ne peut y avoir de constitution d’une libre opinion. En Suisse, plus de 11 000 journalistes issus de médias privés veillent à ce que la population soit informée quotidiennement, aux niveaux local, régional et national. Les médias abordent des sujets importants, facilitent les débats et favorisent ainsi l’identité et la cohésion dans notre pays fédéraliste.

 

Cette diversité médiatique est gravement menacée : depuis des années, les recettes de la publicité baissent inexorablement et la pandémie du coronavirus a encore accentué cette tendance. En 2020, les recettes publicitaires de la presse écrite suisse ont atteint 720 millions de francs, soit environ deux tiers de moins qu’il y a dix ans. L’avenir de nombreux petits journaux est en jeu, et avec lui, leur rôle de porte-parole critique de la démocratie.

 

En revanche, les géants numériques que sont Facebook, Google ou TikTok ne cessent d’accroître leur avance. Avec environ 2 milliards de francs de recettes publicitaires par an, ces sociétés privent le journalisme d’investigation de sa base financière. Mais surtout, à l’heure des fake news et de la désinformation, le journalisme de qualité et la diversité des médias sont plus importants que jamais. Cependant, les médias ne peuvent effectuer du journalisme d’investigation indépendant que si leur existence économique n’est pas menacée. Le train de mesures en faveur des médias soutient l’indépendance des médias privés suisses, et donc la démocratie directe et le fédéralisme dans notre pays. Ces deux systèmes ne peuvent exister sans un paysage médiatique diversifié, en particulier dans les différentes régions linguistiques.

 

Si vous souhaitez lire des faits plutôt que des fake news, dites OUI au train de mesures en faveur des médias.

S’abonner
à la
newsletter

Avec notre newsletter, vous êtes toujours à la page! Nous vous tenons au courant de toutes nos activités ainsi que de l’avancement du train de mesures en faveur des médias.